Roxane Arnal ce lundi 7 novembre en interview sur PerfectoMusic | 21 heures

Modifié le 06/11/2022 à 16:46
Partager

La complicité musicale entre Roxane Arnal et Baptiste Bailly est née en 2018 dans la région de Valence en Espagne. Et on s’approche de la vérité en disant que cet album est une sorte d’auberge espagnole où chacun apporte ses propres spécialités : Roxane arrive avec le blues-folk qu’elle chante depuis 10 ans déjà, de sa voix virevoltante à nulle autre pareille. Baptiste avec ses fulgurances pianistiques et les contre chants inspirés qu’il puise dans sa tasse de thé : le jazz contemporain et les musiques méditerranéennes. Puis c’est au tour des musiciens comme Antony Gatta (batterie) et Clément Faure (guitare & basse) de s’immerger à 100% dans les compositions des deux protagonistes. Quant aux autres (guitares électriques, dobro, slide, moog, chœurs), les touches de couleurs qu’ils apportent tombent toujours à pic. Duncan Roberts enfin, amène son savoir faire « british » d’ingénieur du son, si bien qu’ELIOR sonne déjà comme « l’album de la maturité ». Les univers des deux artistes s’entrechoquent plus qu’ils ne se mélangent, au point de surprendre l’auditeur au détour de chaque titre. Au final, l’os-m’ose est parfaite et cet album, sensible et lumineux d’un bout à l’autre.

ELIOR est un petit être sorti de mes rêves dans la nuit du 18 au 19 février 2021. La sonde Persévérance venait de se poser sur Mars et ma
conscience d’humaine est venue se confronter à mon inconscient. ELIOR a réveillé la dualité que procure le progrès : l’excitation et le rejet, l’attirance
et la peur. Impuissante, j’ai fait ce qui m’a paru le plus juste : une chanson à travers laquelle ses mots résonnent.

Retour à la liste